« Là où l’aventure garde les yeux clairs » – Marie Berchoud

la-ou-laventure-garde-les-yeux-clairs-berchoudIl m’arrive de temps à autre de lire des livres auto-édités, et j’en ai découvert plusieurs de bonne facture.  Là où l’aventure garde les yeux clairs de Marie Berchoud1 fait bien partie de ce lot. Cette fois-ci, c’est de la littérature dite « générale ». Sous le titre du roman, tiré d’un vers d’Aimé Césaire, se déploie une histoire riche d’aventures et de voyages où les protagonistes en apprennent un peu plus sur leur passé.

Ce livre parle de l’Afrique, pleine de vie et qui lutte tant bien que mal pour son indépendance et pour sa liberté. Il y a aussi l’Europe, avec ses propres problèmes, mais sa richesse et sa stabilité politique qui attirent de nombreux migrants. Ces derniers, à grands risques et périls, tentent la grande traversée vers ce continent.

Entre ces deux mondes, des personnages vont être confrontés à des événements qui vont changer leur vie. En France, nous avons Lisa, Française quarantenaire et carriériste qui semble avoir renié son ancienne vie de formatrice des migrants. Puis, au Bénin, nous trouvons Noé, un ancien révolutionnaire, gardien de secrets, qui vit sa retraite sur un bateau. Il raconte et transmet son histoire sur des bandes enregistreuses. Enfin, il y a Anya la migrante, une métisse qui cherche à tout prix à entrer en contact avec la famille de son père biologique, mort depuis plus de vingt ans. Or, ce père biologique se trouve être aussi l’ex-mari de Lisa. L’entrée d’Anya dans la vie de cette dernière va faire voler en éclat son petit monde, levant le voile sur son passé longtemps renié.

Nous suivons ainsi le cheminement de chacun de ces protagonistes, avec leurs doutes, leurs peurs et leur quotidienneté. Le style du livre pourrait surprendre au début, par son caractère quasi-oral, et sa manière de raconter et de passer rapidement d’une idée à l’autre. Sans doute, Marie Berchoud s’est inspirée pour son roman du débit de parole d’un conteur. Une telle façon d’écrire m’a un peu déroutée au début, mais, en suivant le rythme de la narration,  je me suis prise au jeu, embarquée dans un grand voyage vers le cœur du roman : un retour vers ses « origines ». Dans Là où l’aventure garde les yeux clairs, Marie Berchoud souligne l’importance de ne pas taire ni occulter son passé, élément de notre identité. Soit ce passé finira par nous revenir par la grande porte, soit ceux et celles qui en sont privés vont en inventer une fictive qui risque fort de faire du mal, à eux ou aux autres.

Là où l’aventure garde les yeux clairs est un roman de voyage, de migration, de cheminement intérieur où le plus important est de savoir qui l’on est. Garder les yeux clairs dans cet aventure, c’est savoir qui l’on est en n’importe quelle circonstance. Comme une voyageuse de retour chez elle, j’ai refermé ce livre enrichie d’une expérience de découverte narrative que je n’ai pas regrettée.

En bonus, je joins une citation du livre :

Mais ses pas la portent vers le canal Saint-Martin, la gare de l’Est. L’avenir, les choses à faire, la métamorphose, se dit-elle, appuyant sur « ose ». Un banc l’accueille. Autour des enfants jouent, des mères, des pères bouquinent, de vieux immigrés devisent en darija. Sous leurs pieds, les pavés jointoyés de terre et d’herbe tenace. Une fourmi s’y fraye un chemin, Lisa la suit du regard. Chacun va, chemine, croise et se croise…
(Là où l’aventure garde les yeux clairs, p 234)

Là où l’aventure garde les yeux clairs de Marie Berchoud.
Disponible en version numérique sur Amazon et Librinova.
ISBN : 9791026202813.

1. M. Berchoud est aussi une lauréate du concours de Librinova-DraftQuest pour la 3e saison du MOOC Draftquest.

Partagez vos découvertes!Share on Facebook
Facebook
5Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
0Email this to someone
email
Print this page
Print
Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Les commentaires sont fermés.