Alive in Joburg, le court-métrage à l’origine de District 9

Le net regorge de joyaux parmi les court-métrages. Récemment, j’ai découvert Alive in Joburg, le court à l’origine de District 9.

Poster de District 9

District 9 est un film de science-fiction de Neill Bloodkamp, un réalisateur sud-africain. Marqué par l’apartheid, ce cinéaste dépeint un Johannesburg racialiste et discriminatoire. Mais, originalité « science-fictionnelle », les opprimés sont…des extraterrestres ! Ces « homards », comme l’appellent les humains, sont venus de l’espace, rachitiques et affaiblis, et ne peuvent plus quitter la Terre. Or, ils y vivent comme des citoyens de seconde zone, parqués dans leur ghettos (dont le fameux District 9), haïs et méprisés par les autochtones mais fort convoités par les puissants pour leurs armes spéciales. Un jour, Wikus van de Merwe, un bureaucrate chargé de relocaliser des extraterrestres expropriés, inhale par accident une substance créée par ces derniers. Petit à petit, il devient comme eux : un « homard ».

Illustrer la peur et le mépris de l’étranger avec des extraterrestres est une idée originale, peu exploitée sur les écrans. La relation entre Wikus et Christopher, un des aliens, est ce que j’ai le plus apprécié dans District 9. C’est une relation égalitaire, même si elle est surtout intéressée. Wikus n’est pas un sauveur d’opprimés, adoptant leur cause jusqu’à devenir comme eux (tout en occupant une position privilégiée dans ce groupe, situation que l’on retrouve dans pas mal de grosses productions de ce genre). Il s’est trouvé au mauvais endroit et au mauvais moment, ne veut pas devenir un extraterrestre, et ne s’intéresse nullement à leurs problèmes au début de cette histoire. Cela rend l’évolution de leur relation d’autant plus intéressante, en particulier lors d’un climax marquant. Voilà de la bonne « science fiction sociale », loin du manichéisme.

Le court-métrage Alive in Joburg est un condensé de District 9, autant dans le style (exposition en docu-fiction) que dans l’objet. C’est en l’ayant vu que Peter Jackson a décidé de produire le film. Si vous n’avez jamais vu District 9 ou que vous l’avez vu et aimé, je vous conseille vivement de visionner ce court, ici et maintenant, dans cette vidéo.

Science Ballade continue de publier cet été, avec des articles surfant sur les sciences, les arts et la fiction.

Partagez vos découvertes!Share on Facebook2Tweet about this on TwitterShare on Google+2Email this to someonePrint this page
Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Alive in Joburg, le court-métrage à l’origine de District 9

  1. Raphaël dit :

    J’ai vraiment bien aimé le film District 9, et tu le présentes vraiment très bien !
    Merci pour ce partage et notamment ce court-métrage que j’ai bien apprécié !